Historique

Gravure Digoine
Le château de Digoine est le témoin d’un riche et long passé. Première des quatre baronnies du Charolais, ses seigneurs tinrent une place importante à la cour des Ducs de Bourgogne. La famille de Digoine s’éteint à la fin du XIVème siècle et sa dernière représentante, Marie, épouse en 1390 Robert de Damas, qui relèvera le nom et se fera appeler Damas de Digoine. C’est à cette époque que les imposantes tours de la façade nord sont élevées. Témoins du passé mouvementé de la Bourgogne, elles sont aussi les dernières traces du château fort qui occupait les lieux au Moyen-Age.

A la fin du XVIIème siècle, les terres sont vendues et rachetées par la riche famille nivernaise de Reclesne. Le domaine va alors connaitre un renouveau et voir sa vieille forteresse médiévale se transformer en un somptueux château d’agrément « à la moderne ». Les travaux entrepris par cette famille et ses descendants successifs s’étalent de 1709 à 1771, et reflètent l’évolution de l’architecture en France au XVIIIème siècle.

Baroque d’influence Louis XIV pour la riche façade Nord ornée d’un très bel avant corps central et de magnifiques mascarons, le style est d’une parfaite sobriété néoclassique pour la façade Sud, œuvre du grand architecte Edme Verniquet (1727 – 1804).

Grand salon côté sud
Grand salon côté sud

 

Grand escalier - Entrée
Grand escalier – Entrée

Les comtes de Moreton de Chabrillan, descendants des Reclesne, offrent à Digoine son âge d’or. Le château devient le témoin de la suprématie économique, sociale et politique de cette famille au XIXème siècle. Des embellissements majeurs sont entrepris à l’initiative d’Aimé Jacques de Chabrillan (1780 – 1847), parmi lesquels l’extraordinaire décor sculpté de Clodion (1738 – 1814) dans le vestibule, la bibliothèque néogothique aménagée vers 1825, la serre et son jardin d’hiver, et enfin, le petit théâtre réalisé et décoré par Ciceri (1782 – 1868) en 1842.

Bibliothèque de Digoine
Bibliothèque de Digoine

Digoine est acheté en 1908 par la marquise de Croix pour son fils Pierre afin d’en faire un château de famille. Il se transmettra ainsi durant trois générations avant d’être finalement vendu en 2012, date à laquelle l’actuel propriétaire s’en porte acquéreur. Passionné de patrimoine et d’histoire, il entreprend d’importants travaux afin de rendre à Digoine son faste d’antan et permettre aux visiteurs d’admirer ce fleuron du patrimoine français dans les meilleures conditions.

photo 2 light

|Monument Historique classé|